Salesforce Administrateur Certifié logoDeveloppeur Salesforce certifié

Adrien Bayles

Expert Webmarketing & CRM

Vous souhaitez connaître l'impact de vos actions liées à vos landing pages, annonces et autres, sur le quality score que vous octroie Google Adwords ? Rien de plus simple ; suivez le guide ;-).

L'historisation des données du compte

Dans Adwords, toutes les actions que vous effectuez sont enregistrées et consultables via l'historique des campagnes. Toutes ? Pas tout à fait, car le Quality score lui, évolue dans le temps, mais ses mises à jours ne sont pas enregistrées dans l'historique de compte.

Des rapports pour historiser le Quality Score de vos mots-clés

La solution consiste alors à programmer un rapport sur vos mots-clés, directement dans Adwords, tel que montré ci-dessous, directement depuis l'écran de gestion de vos campagnes :

Générer un rapport avec  Adwords

Vous pourrez ensuite y retourner pour y faire les modification si nécessaires, à partir de l'onglet Campagnes -> Rapports et transferts lorsque nécessaire.

On peut très bien imaginer que ce rapport soit généré à intervalles réguliers, par exemple, toutes les semaines ou tous les mois. Adwords vous enverra à ce moment-là un lien pour le télécharger. Il vous reste alors à l'enregistrer quelque part, pour l'exploiter ensuite.

Convertir une piste en contact peut être une tâche frustrante pour les utilisateurs de Salesforce. En effet, il est compliqué de reproduire fidèlement le processus de conversion d'un lead (à moins de savoir coder en Apex et de maîtriser les Controlleurs). Il existe néanmoins une astuce pour personnaliser la page de conversion des prospects, de façon à ce qu'elle colle plus près de votre processus commercial.

En effet, vous pouvez très bien substituer un bouton personnalisé au bouton de conversion par défaut. En lui donnant le même nom, on n'y verra que du feu, lorsque vous ferez l'échange sur la page de détail des pistes. L'intérêt de créer ce bouton est qu'il va vous permettre d'ajouter des paramètres dans l'URL de destination. Ainsi, vous pourrez pré-remplir les champs présents sur la page avec les valeurs par défaut que vous souhaitez donner.

Il vous suffit pour cela de créer un bouton personnalisé, dont le comportement sera "Affichage dans une fenêtre existante sans menu latéral ni entête", et la source de contenu, "URL". Le contenu de ce bouton pourra être, par exemple :

Appexchange Salesforce

Que vous soyez Admin avancé ou débutant avec Salesforce, il existe bon nombre de plug-ins gratuits sur leur market place qui attendent juste d'être téléchargés, afin de vous faciliter la vie. On en passe quelques uns en revue ici. La plupart sont soit peu gourmands en ressources, des applications "natives" , ou qui s'installent sur votre ordinateur.

Apex Explorer

Apex Explorer Salesforce

L'Apex Explorer est une application en Flex qui s'intalle sur votre ordinateur local et vous permet d'explorer le schema Salesforce, ainsi que d'exécuter des requêtes SOQL "à chaud". Facile d'utilisation et très pratique pour découvrir les propriétés des objets Salesforce.

Télécharger Apex Explorer

Jitterbit Data Loader

Jitterbit Data Loader

Plus avancé que le Data Loader classique de Salesforce, celui de Jitterbit vous permettra, au prix d'un temps d'apprentissage un peu plus long, de passer vos requêtes SOQL et de les enregistrer, pour pouvoir les réutiliser par la suite. Jitterbit agit un peu à la manière d'un ETL et est un outil performant, qui pourra vous faire gagner beaucoup de temps, lors notamment de mises à jour en masse sur vos données.

Il vous faudra vous enregistrer sur leur site pour pouvoir l'utiliser.

Télécharger JItterbit Data Loader

Dupe Catcher

Dupe Catcher screen

schema tactique football

Face à la multiplicité de vos campagnes marketing en ligne, comment connaître l'apport de chacune dans la conversion finale, de votre audience, en clients ?  Souvent, leur fonctionnement est similaire à celui d'une équipe de football : l'attaquant lorsqu'il marque un but, n'est pas la seule personne à qui revient tout le mérite. Cet article vous donne quelques pistes pour vous guider dans la définition de votre modèle d'attribution multicanal.

Définitions

Comme son nom l'indique, un modèle d'attribution multicanal n'a du sens qu'à partir du moment où vous utilisez plusieurs canaux pour diffuser vos campagnes marketing. Il vous sera fort utile d'en connaître le fonctionnement, dès le moment où vous serez curieux de connaître et d'optimiser le processus d'attribution d'une conversion à une campagne, dans le cadre de la mesure du retour sur investissement.

Les modèles d'attributions les plus répandus

La règle du 1er cookie

C'est la règle que suit Google Adwords pour enregistrer les conversions. C'est aussi la règle que j'ai mise en application dans un article précédent sur la mesure du ROI de vos campagnes marketing. Cette méthode attribue 100% de la conversion à la première source de traffic sur votre site, peu importe si vos visiteurs arrivent sur votre site par d'autres biais par la suite, du moment que c'est avant leur conversion.

La règle du dernier cookie

C'est la règle suivie par Google Analytics pour attribuer les conversions sur votre site. Elle attribue 100% de la conversion à la dernière source de traffic vers votre site, occultant toutes les autres (qu'on peut par contre retrouver via le rapport de conversions indirectes).

Par ailleurs, le fait qu'Adwords et Analytics n'obéissent pas aux mêmes règles est la principale raison pour laquelle on peut trouver des différences sur les statistiques de conversions entre ces deux outils.

Les modèles d'attribution hybrides

Google Analytics peut constrituer un bon point de départ, si on souhaite avoir la vision et le contrôle sur la façon dont les conversions sont attribuées. En effet, vous pouvez y personnaliser votre modèle d'attribution au niveau de chaque vue (profil), à partir du menu d'administration.

Parfois la fonction Reporting de Salesforce oblige à trouver des solutions de contournement pour répondre aux besoins des utilisateurs ; les fonctionnalités de base n'offrant souvent, que des indicateurs basiques. L'avantage des formules Salesforce est qu'elles permettent de résumer une logique métier complexe et d'en formater le résultat de façon à ne laisser transparaître que l'information que l'on souhaite voir affichée. Voici justement un exemple de formule qui va dans ce sens-là.

La formule Salesforce suivante donne la différence en nombre de trimestres, entre la date de clôture d'une Opportunité et le trimestre en cours, sous la forme d'un nombre entier relatif.

CASE(MONTH(CloseDate),
1,1,2,1,3,1,4,2,5,2,6,2,7,3,8,3,9,3,10,4,11,4,12,4,0)
-
CASE(MONTH(TODAY()),
1,1,2,1,3,1,4,2,5,2,6,2,7,3,8,3,9,3,10,4,11,4,12,4,0)
+
IF(YEAR(TODAY())<>YEAR(CloseDate),(YEAR(CloseDate)-YEAR(TODAY()))*4,0)

Ainsi, un nombre négatif sera affiché pour une opportunité fermée durant un trimestre passé ; un numbre positif, pour un trimestre futur ; 0 pour le trimestre en cours.

Pages