Salesforce Administrateur Certifié logoDeveloppeur Salesforce certifié

Adrien Bayles

Expert Webmarketing & CRM

Retrouvez-moi sur :

icone Google + icone Linkedin icone RSS

Salesforce distribution leads

Il y a quelque temps, j'avais développé une application Salesforce qui permettait de distribuer les pistes équitablement entre des groupes d'utilisateurs. Je suis allé la déterrer pour la publier sur l'Appexchange et que le plus grand nombre en profite.

Le package Salesforce Leads and Cases Distributors

Le package est disponible sur l'Appexchange de Salesforce à cette adresse : Leads and Cases Distributors.

Concrètement, avec cette appli, vous pouvez distribuer les pistes et requêtes qui arrivent dans Salesforce de façon équitable ou pondérée au sein d'un groupe d'utilisateurs.

Plus besoin donc de passer par une attribution aléatoire (cette méthode ne garantit pas que la répartition des pistes ou requêtes sera 100% équitable entre les utilisateurs). Avec ce package, vous êtes en mesure de garantir la façon dont seront réparties les pistes et/ou requêtes, à un enregistrement près.

L'appli est compatible avec les versions Enterprise, Unlimited, Force.com, Developer et Performance de Salesforce et est Unmanaged ; c'est-à-dire que vous pourrez accéder au code et aux composants librement, et si besoin, vous pouvez les modifier.

Les règles d'attribution Salesforce manquent de souplesse

Les règles d'attribution de Salesforce, qui permettent d'attribuer automatiquement une piste à un utilisateur au moment de la création d'une nouvelle piste, peuvent parfois manquer de flexibilité, notamment quand il s'agit de répartir ces attributions parmi les membres d'une même équipe.

Les Files d'attente (les "Queues") ne corrigent que partiellement ce problème : en associant plusieurs utilisateurs à une queue d'une part, et en attribuant une piste à une file d'attente d'autre part, les utilisateurs membres de cette file d'attente auront la possibilité de récupérer les pistes associées à cette file, et de se les attribuer. Seulement cette méthode, si elle peut se révéler efficace dans un processus de support client, peut se révéler contre-productif dans un contexte de prospection commerciale : rien ne garantit que les utilisateurs d'une même file d'attente auront accès à un nombre équitable de pistes comme rien n'empêche l'un des membres de cette même file de s'en attribuer toutes les pistes. C'est la loi du premier arrivé, premier servi.

Pardot Pipeline report

L'intégration d'un outil de marketing automation avec un CRM déjà en place est une opération difficile, technique, qui peut  parfois même s'avérer risquée.

Cet article aborde les aspects essentiels liés au CRM et vous guidera à travers les étapes à suivre pour garantir le succès de la mise en oeuvre de Pardot dans le cadre de son intégration avec Salesforce.

1. Les utilisateurs

1.1. Les licences

Contrairement à Salesforce, Pardot ne limite pas le nombre de licences utilisateurs, et ne facture pas en fonction du nombre de licences utilisateurs activées. On peut en théorie donc activer autant d'utilisateurs que ce que l'on souhaite, y compris des utilisateurs n'ayant pas accès au CRM.

1.2. Les droits utilisateurs

Cependant, mieux vaut être averti des implications que le fait de donner accès à Pardot peut avoir : en effet, les profils utilisateurs personnalisés ("Custom User Roles") ne sont disponibles qu'en version Ultimate ; ce qui signifie que pour les autres versions, un utilisateur ne pourra se voir attribué qu'un rôle parmi ceux-ci : Marketing, Admin, Sales ou Sales Manager (voir le tableau comparatif des permissions de chaque rôle utilisateur). Ainsi, un utilisateur commercial (avec le rôle "Sales") aura accès en lecture/écriture/transfert à l'ensemble des prospects présents dans Pardot.

Autrement dit, si votre processus commercial est plutôt restrictif quant à la visibilité de l'activité de prospection au sein de votre organisation - que vos commerciaux ne peuvent pas accéder à une vue d'ensemble, mieux vaut dans un premier temps ne donner accès qu'aux utilisateurs directement impactés par l'outil de marketing automation, quitte à attribuer plus de licences par la suite, en fonction des besoins. Par contre, les commerciaux ne disposant pas de compte utilisateur Pardot ne pourront pas disposer des fonctionnalités avancées du logiciel, comme les e-mails "one-to-one".

On le sait, Salesforce peut être très restrictif à certains moments. Leurs règles de gouvernance font que parfois, on se retrouve bloqué dans l'utilisation d'une ressource de l'application, comme ça peut être le cas pour la création d'onglet personnalisés. Si le nombre d'onglets dans votre appli commence à se rapprocher de la limite autorisée par votre édition de Salesforce, voici une petite astuce qui vous permettra de passer outre la restriction.

Création d'un objet personnalisé

Lorsque vous créez un nouvel objet personnalisé, Salesforce vous propose de créer un onglet pour celui-ci. Ne cochez pas la case ; on ne va pas en avoir besoin. Cliquez sur le bouton enregistrer pour créer votre objet.

Salesforce ne pas créer d'onglet

Retrouver le préfixe d'objet

Une fois l'objet personnalisé créé, Salesforce lui attribue automatiquement un "préfixe" de 3 caractères. Ce préfixe, on le retrouvera dans l'identifiant de tous les enregistrements de l'objet en question. Par exemple, si j'ai créé un objet Factures, les trois premiers caractères de l'identifiant de toutes mes factures seront identiques. L'identifiant d'un enregistrement est facile à retrouver, puisqu'il figure dans l'URL, à chaque fois qu'on consulte un enregistrement Salesforce.

Logo Applicatrion Infocratie

Les méthodologies d'administration de questionnaires et autres sondages se sont vues bouleversées avec l'arrivée d'Internet. De nombreuses applications ont depuis vu le jour, les unes permettant d'administrer des questionnaires à  des fins marketing à une population cible de façon privée, les autres, rémunèrent les répondants. Infocratie ne fait pas partie de cet écosystème et adopte un positionnement différent.

La mission d'Infocratie : le partage de l'opinion publique

'Non, l'opinion publique ne doit pas être le fait que de quelques acteurs, mais de tout le monde !". C'est devant ce constat, et en réponse aux défiances croissantes de la part des citoyens envers les instituts de sondages - dont on s'aperçoit parfois qu'ils ont été commandités par des personnages politiques ou des lobbies aux intérêts bien particuliers - qu'est né Infocratie.

Ouverte à tous, l'application se veut transparente quant aux sondages effectués sur son site. En effet, le fait d'échanger directement "de pair à pair" et de supprimer ainsi les intermédiaires, rend les usages limpides et limite les possibilités de manipulation des résultats, mais aussi du choix des sondages eux-mêmes.

Car au cours de ces dernières années, il a souvent été question de savoir si ce sont les sondages qui font l'opinion publique, plutôt que l'inverse. Je ne tenterai pas de répondre à cette problématique. Je poserai simplement cette question : le fait de laisser l'opinion effectuer elle-même ses propres sondages ne permet-il pas à lui seul pas de régler ce problème ? Pour Infocratie (application de sondages en ligne), la réponse est déjà toute trouvée.

L'utilisateur au centre des préoccupations

Ce qui fait la force de l'application, c'est qu'elle place l'utilisateur au centre de ses préoccupations, dans un souci du respect de sa vie privée.

Pages